« Non mais là, tu vois, c’est comme un plaisir très intense, mais on ne veut pas crier. C’est un plaisir très subtil, très fort, mais doux. Tu vois? Tu peux pas le jouer fortissimo.»

Un ingénieur du son s’adressant à une étudiante avec qui il répète une pièce écrite par Kaija Saariaho. Le passage en question est censé évoquer l’envol des oiseaux…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :